Famille Marec

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

René Marec, seigneur de Montbarot et de la Martinière, capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances du roi, conseiller en son Conseil Privé et gouverneur de Rennes, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans un acte du 21 novembre 1599 [(titres de cette maison)]. Ce gentilhomme se défendit avec beaucoup de valeur en 1589 dans son gouvernement de Rennes qu’il fut obligé, par des forces supérieures aux siennes, de remettre au duc de Mercœur ; mais avec les conditions les plus honorables, et obtint du roy Henry IV le 18 mars 1595 une ratification de mil écus en considération de ses services. [Il s’étoit trouvé l’année précédente au siège du fort de Crodon.] Il fut accusé d’intelligence avec le maréchal de Biron et conduit à la Bastille sur quelques indices qu’on avoit contre luy, mais les grands services qu’il avoit rendus au roy en Bretagne luy firent accorder la vie, et on luy rendit [même] sa liberté en 1602. [Il étoit fils de Pierre de Marec, seigneur de Montbarot, gouvreneur de Rennes, et de Béatrix d’Acigné. Ses armes d’argent au lyon de gueules armé et langué d’or, et une fasce de sable brochant sur le tout, chargée de 3 molettes d’éperon d’argent.]

D’Hozier rappelle l’énergie avec laquelle René Marec se défendit en 1589 dans son gouvernement de Rennes. Jehan Pichart raconte que le duc de Mercœur lui proposa de le laisser sortir de la tour Mordelaise où il était assiégé, et de la ville, avec ses gens, bagues sauves ; mais « ledit seigneur de Montbarot refusa par plusieurs fois, disant aimer mieux crever, lui, sa femme, enfens et serviteurs, que de sortir de la place lui baillée par le roi, sans avoir forfait ou que le roi le lui eût commandé ». Il fut obligé de capituler ; mais son parti, vainqueur à Rennes, le rétablit peu après en possession de son gouvernement.
A l’entrée d’Henri IV dans Rennes, le 9 mai 1698, René Marec alla offrir au roi trois clefs d’argent doré représentant les clefs de la ville. Henri les reçut, les baisa, dit qu’elles étaient fort belles, et prononça une de ces paroles, comme il savait en dire, affirmant « qu’il aimait encore mieux les clefs des cœurs des habitants que celles-là ».
René Marec donna en 1605 sa démission de gouverneur de Rennes et de « lieutenant de roy au gouvernement de l’évêché dudit lieu ». Il avait épousé Esther du Boays, dame de Careil et de Baulac, fille de Jean, seigneur de Baulac, et d’Aliénor de Condest. Il perdit sa femme en 1397. « Le mardi 15e jour de juillet au matin, la dame de Montbarot, … propriétaire de Baulac, décéda en la religion huguenote, dont elle avoit toujours esté un des grands supports. Osté sa religion, c’estoit une brave et honneste dame, d’un bon et grand jugement, et digne du maniment des grandes affaires » (Jehan Pichart, colonne 1753). Après la mort de René Marec, la terre de Montbarot passa à la famille Moreau, originaire du Poitou. Jacques Moreau comte de la Monnerie, chevalier de l'ordre du roi, avait épousé une des sœurs de René Marec ; l’autre, Françoise, était mariée, ainsi que nous l’avons dit, à Samuel de la Chapelle, marquis de la Roche-Giffart, chevalier de l'ordre du roi (Bibliothèque Sainte-Geneviève, Manuscrit généalogique des Moreau, par le Père Prévost).

Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènement (2 notices)

  • Arrêt de maintenue en la Chambre : samedi 4 mai 1669 (2 notices).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 233 .
    • Archives départementales du Finistère, 32 J 2, "Livre de Kerézellec", p. 37 .