Famille Le Prestre

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

Jean Le Preste, seigneur de Lezonnet, l’un des cent gentilshommes ordinaires de la Maison du roy, lieutenant général pour Sa Majesté en Basse Bretagne, l’un de ses pensionnaire en cette province, conseiller maître d’hôtel ordinaire de la reine Catherine de Médicis et gouverneur des villes et châteaux de Foesnant, de Rosporden et de Concarneau, fut admis dans l’ordre de Saint-Michel sous Charles IX, et est qualifié en conséquence chevalier de l’ordre du roy dans une quittance qu’il donna au trésorier de l’Épargne le 9 juin 1571 [(original, chambre des comptes de Paris)] et encor dans un acte du 23 novembre suivant [(titres de cette maison)]. Il étoit né en 1519 et il étoit deja l’un des pensionnaire du roy Henry II en Bretagne le 7 août 1558, jour auquel il fut commis pour la vérification des pertes que les habitants du Conquet, près de Brest, avoient faites par la descente de l’armée des flamands et des anglais du 29 juillet précédent. Il étoit en 1560 eschanson ordinaire de la reine qui l’admit depuis au nombre de ses maistres d’hôtel, et fut encore chargé le 15 juin 1562 de faire à Ancenis la montre et revue d’une compagnie de 200 hommes de guerre à pied, d’où l’on infere qu’il étoit alors commissaire des guerres. Depuis et le 29 janvier 1568 [en considération de ses services], il fut pourvu du gouvernement de [Concq et de] Concarneau. [Il étoit fils de Jean Le Prestre, seigneur de Lézonnet, gouverneur de l’Isle Dieu, et de Jaquette de Coëtlogon. Ses armes de gueules à 3 écussons d’argent posés 2 et 1, et chargés chacun de 3 mouchetures d’hermines de sable aussi posées 2 et 1.]

Jean Le Prestre, seigneur de la Lohière, épousa en juin 1546 Françoise de Marconnay. Il est compris dans le rôle des officiers domestiques de la reine Marie Stuart, femme de François II, en 1560 à titre d’eschançon à 400 livres.

Louis Le Prestre, seigneur de Lezonnet, conseiller maître d’hôtel ordinaire du roy, l’un de ses pensionnaire en Bretagne, lieutenant de roy de l’évêché de Cornouailles, gentilhomme servant de la reine et gouverneur de [Conq et de] Concarneau en Bretagne, place dont il fut pourvu le 6 juin 1571 fut honoré de l’ordre de Saint-Michel vers le règne d’Henri III, et on le trouve rappelé avec la qualité de chevalier de l’ordre du roy dans un acte du 26 novembre 1596 postérieur à sa mort [(titres de cette maison)]. Il obtint du roy Charles IX le 1er juillet 1572 une pension de 200 livres en considération de ses services. Le duc de Mercœur luy donna le 13 mars 1585 la conduite des gentilshommes du ban et arrière ban de l’évêché de Saint-Malo. Il fut l’un des premiers en Bretagne qui reconnurent le roy Henry IV pour leur légitime souverain et prit l’écharpe blanche en 1594 avec le seigneur de Talhouët, gouverneur de Rhedon, ayant l’un et l’autre représenté au duc de Mercœur que le roy s’étant fait catholique, ils devaient abandonner le party de la Ligue, [réduisit l’évêché de Cornouaille à l’obéissance de ce monarque]. Ce fut vraisemblablement cette soumission qui luy mérita de ce monarque une gratification de 4000 écus dont il ne put jouir, étant mort en 1595, mais qui fut confirmée à sa veuve par lettres du 12 septembre 1596. [Il étoit fils de Jean Le Prêtre, seigneur de Lézonnet, chevalier de l’ordre du roy, et de Françoise de Marconnay. Ses armes comme cy devant.]

Louis Le Prestre, seigneur de la Villedenache en Taupont, que plusieurs généalogies appellent Olivier, épousa 1o en 1574 Jeanne Glé de la Costardaye ; 2o en 1577 Claude Bizien dame de Kergommar.

François Le Prestre, seigneur de Lezonnet, gouverneur de Concarneau, place dont il se démit[1] en 1619, fut admis dans l’ordre de Saint-Michel sous Henri IV et on luy trouve en conséquence la qualité de chevalier de l’ordre du roy dans un acte du 27 juin 1609. Il étoit né au mois de mars 1584 [et servit fidellement le roy Henry IV dans ses guerres. Il étoit fils de Louis Le Prêtre, seigneur de Lézonnet, chevalier de l’ordre du roy, et de Claude Bizien. Ses armes comme cy devant].

François Le Prestre vivait encore en 1635. Il figure dans un acte de baptême du 17 décembre de cette année en la paroisse de Campénéac et il est qualifié chevalier de l'ordre du roi, seigneur de Lésonet, Couesnéhan, le Vaublanc et le Val (Archives du Morbihan, E sup. 644).

Notes

  1. La première partie de l’ouvrage (ordre chronologique des promotions) met « dont il fut dépossédé ».
Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènement (2 notices)

  • Arrêt de maintenue en la Chambre : mardi 11 décembre 1668 (2 notices).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 82-83.
    • Archives départementales du Finistère, 32 J 2, "Livre de Kerézellec", p. 43.