Famille du Guesclin

Variantes : Glescuin (du)

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

Bertrand du Guesclin, seigneur de la Roberie, du Gast et de Daneau, lieutenant de la compagnie des gendarmes du seigneur de Boisdauphin et commandant la noblesse du ban et arrière ban de l’évêché de Rennes, place à laquelle il fut nommé le 12 octobre 1575, fut admis dans l’ordre de Saint-Michel vers le règne d’Henry III. On le trouve qualifié chevalier de l’ordre du roy dans l’Histoire généalogique des maisons illustres de Bretagne par du Paz, imprimé à Paris en 1619, dans le recueil manuscrit des chevaliers de Saint-Michel fait en 1620 par Pierre d’Hozier (Bibliothèque du roy), et dans le VIe volume des Grands Officiers de la Couronne, article de cette maison, p. 195. Le roy Charles IX l’avoit fait l’un de ses gentilshommes servans le 6 décembre 1569. Il eut ordre le 30 janvier 1577 du seigneur de Bouillé, lieutenant du roy en Bretagne, de faire jurer à Fougères la Sainte Association à tous les nobles du Fougerais, se qualifiait en 1578 de pensionnaire du roy en Bretagne et capitaine enseigne de 50 lances, et étant tombé malade au siège de Chastillon sur la Dordogne, on le transporta à Bordeaux, où il mourut en 1586. [Il étoit fils de René du Guesclin, chevalier, seigneur de la Roberie et de la Bouverie, et de Jeanne des Vaux de Lévaré. Ses armes d’argent à l’aigle éployé à deux têtes de sable, couronnées d’or, et une bande de gueules brochant sur le tout.]

Bertrand du Guesclin épousa par contrat du 15 décembre 1566 Julienne du Chastelier, fille de Jean, seigneur de Flechez, sénéchal de Fougères, et d’Orfraise de Coaisnon.

Cézar du Guesclin, sieur de la Roberie, de la Bouverie, de la Chevalleraye, etc., fut admis dans l’ordre de Saint-Michel sous le règne de Louis XIII, et on le trouve qualifié chevalier de l’ordre du roy dans le VIe des Grands Officiers de la Couronne, article de cette maison, p. 196. Il avoit été élevé dans sa jeunesse page du duc de Mercœur ; servit ensuite dans la compagnie des gendarmes de M. de la Trémoille où il fut reçu le 27 août 1636, et mourut à son château de la Roberie le 21 mars 1637. [Il étoit fils de Bertrand du Guesclin, seigneur de la Roberie, chevalier de l’ordre du roy, et de Julienne du Châtellier. Ses armes comme cy devant.]

César du Guesclin combattit pour la Ligue pendant les guerres de religion. Son château de la Roberie fut pillé en 1589. « La maison de la Roberie, confite en la Ligue, auprès de la Guerche, tenoit fort ; elle fut prise, pillée et saccagée » (Jean du Matz, 283). En 1591 il fit partie avec les seigneur de Rosampoul, d’Olivet et d’Orvault, de la députation nommée par les États ligueurs de Nantes pour aller demander aux États-Généraux le maintien de l’édit d’Union « comme loy fondamentale du Royaulme ». Il épousa le 1er mai 1610 Jacquemine Le Garengier, dame de Boisby et de la Proustaye, fille de Mathurin, seigneur de la Picquenaye, et de Marguerite de Launay. En 1612, il servait dans la compagnie d’hommes d’armes du Maréchal de Brissac.

Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènement (2 notices)

  • Arrêt de maintenue en la Chambre : mardi 15 janvier 1669 (2 notices).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 117 .
    • Archives départementales du Finistère, 32 J 2, "Livre de Kerézellec", p. 24 .