Famille de Chateaubriand

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

Philippe de Chasteaubriant, seigneur des Roches Baritaut et du Plessis Bergeret, comte de Grassay, gouverneur de Fontenay-le-Comte et capitaine de cent hommes d’armes des ordonnances du roy, reçu chevalier de l’ordre de Saint-Michel par le duc d’Anjou à Melun le 17 février 1568, rendit les plus grands services au roy en Poitou dans les guerres contre les huguenots, [et l’on peut dire de luy qu’entre tous les seigneurs du Poitou qui défendirent la véritable religion dans cette province, aucun ne s’y porta avec plus d’affection, de zèle, de valeur et de succès, il] fut blessé dans une rencontre en 1569 d’un coup d’arquebuze au dessus de la cheville du pied, se trouva en la même année au siège de Poitiers[1] et à la prise de Fontenay-le-Comte par le duc de Montpensier en 1574. [Il étoit fils de Louis de Châteaubriant, seigneur des Roches Baritaut et de Grassay, et de Margueritte Vernon. Ses armes de gueules semé de fleur de lys d’or.]

Philippe de Chasteaubriant épousa en premières noces par contrat du 11 octobre 1559 Hardouine de Champagné, fille de Jean et d’Anne de Laval. Il en eut une fille, Philippe, qu’il maria à Gilbert du Puy du Fou, chevalier de l’ordre du roi. Après la mort de sa femme, Hardouine de Champagné, il épousa Gilberte du Puy du Fou, sœur de son gendre, fille de René, chevalier de l’ordre du roi, et de Catherine de la Rochefoucault. Ces rapprochements de noms et de prénoms : Gilbert du Puy du Fou, époux de Philippe de Chasteaubriant ; Philippe de Chasteaubriant, époux de Gilberte du Puy du Fou, ont amené une erreur de la part de du Paz et de du Chesne dans la Généalogie des Chasteigneurs qui nomment Philippe la seconde femme de Philippe de Chasteaubriant. Une pièce des Archives de la Loire-Inférieure (E 707) ne laisse plus subsister un seul doute sur ce point. Devenue veuve, Gilberte du Puy du Fou se remaria à Louis du Cambout, chevalier de l’ordre du roi.

Jean de Châteaubriant, seigneur de Beaufort, admis vers le règne de Charles IX à la dignité de chevalier de l’ordre de Saint-Michel, est compris en cette qualité dans le recueil manuscrit des chevaliers de cet ordre fait en 1620 par Pierre d’Hozier, gentilhomme ordinaire de la maison du roy (Bibliothèque du roy). [Il étoit fils de Jean de Chasteaubriant, seigneur de Chasteaubriant et de Beaufort, et de Jeanne d’Espinay. Ses armes comme cy-devant.]

Jean de Chasteaubriant épousa Marguerite des Planches.

Jean de Chasteaubriant, seigneur de Saint-Jean des Mauvrais [(vraisemblablement Saint-Jean des Marais en Anjou)], de Clervaux, de Juigné, des Champs et des Granges, né vers l’an 1548, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans un titre original du 22 juillet 1598 [(original, titres de messieurs de Malherbe de Poillé). Il étoit fils de Louis de Chasteaubriant, seigneur des Roches-Baritault, et de Margueritte de Vernon. Ses armes comme cy devant].

Jean de Chasteaubriant épousa Suzanne de Montauzier, fille du seigneur de la Charroulière.

Georges de Chasteaubriant, sire de Beaufort, baron de Tissue, seigneur de Saint-Léger et chef de nom et d’armes de la maison de Chasteaubriant en Bretagne, capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances du roy, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans 2 actes des 26 mars et 16 juin 1603 [(originaux, titres de cette maison). Il étoit fils de François de Châteaubriant, sire de Beaufort, et de Jeanne de Tréal. Ses armes comme cy devant].

Georges de Chasteaubriant, gouverneur de Houdan, épousa en octobre 1574 Gabrielle Bruslon, fille de Pierre, chevalier de l’ordre du roi, et de Bonne de Tixue.

Gabriel de Chasteaubriant, comte des Roches-Baritaut et de Grassay, marquis du Plessis-Châteaubriant, seigneur et châtelain de Saint-Paul, maréchal des camps et armées du roy, conseiller en ses conseils d’État d’épée et Privé, capitaine de cent hommes d’armes de ses ordonnances, et lieutenant général pour Sa Majesté en Bas-Poitou, qualifié chevalier de l’ordre du roy dans plusieurs actes des 20 décembre 1608 [(titres de la maison du Puy du Fou)], 15 mars 1612 et 15 juin 1616, vivoit encor en 1652. [Il étoit fils de Philippes de Châteaubriant, seigneur des Roches Baritaut, chevalier de l’ordre du roy, et de Gilberte du Puy du Fou. Ses armes comme cy devant.]

Gabriel de Chasteaubriant épousa Charlotte de Salo, fille héritière du seigneur de la Cornetière. Le cardinal de Richelieu l’avait en grande estime, et lui manifesta ses bonnes dispositions à son égard par une lettre du 7 février 1617, où nous lisons ce qui suit : « Vous debvez croire que si Leurs Majestez sont obligées de faire des levées dans le pays vous ne serez pas des derniers à estre employé, puisque votre zelle à leur service vous y doibt faire mériter un des premiers rangs, etc. ».

Pierre de Chasteaubriant, sire de Beaufort, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roy, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans 4 congés et certificats du Grand Chambellan de France des années 1615, 1616, 1617 et 1626 relatifs à sa charge de gentilhomme de la chambre [(titres de cette maison). On ignore sa filiation. Ses armes de gueules semé de fleurs de lys d’or].

Pierre de Chasteaubriant était fils de Georges, chevalier de l’ordre du roi, et de Gahrielle Brullon. Il épousa en 1607 Françoise de Saint-Gilles, fille de Guillaume, et de Jeanne Tournemine.

Notes

  1. Dans la première partie de l’ouvrage (ordre chronologique des promotions), Jean-François d’Hozier à rayé « dans une rencontre » et a placé cette blessure lors du siège de Poitiers.
Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènement (2 notices)

  • Arrêt de maintenue en la Chambre : samedi 7 septembre 1669 (2 notices).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 442.
    • Archives départementales du Finistère, 32 J 2, "Livre de Kerézellec", p. 16.