Famille de Brulon

Variantes : Brullon (de)

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

Pierre de Brullon, seigneur de la Muce, de Beaumont, de Saint-Thuria, de Tréguenec etc., président à mortier au parlement de Bretagne et conseiller d’État, dignité dont il fut honoré le 15 novembre 1573, [remplit toujours avec honneur les commissions de confiance dont il fut chargé ainsy que le roy s’exprime dans les lettres qui luy furent expédiées pour cette charge,] avoit été admis dans l’ordre de Saint-Michel sous Charles IX, et on le trouve qualifié en conséquence chevalier de l’ordre du roy [et encor noble et puissant] dans un titre du sept février 1574 [(original, titres de la maison du Breil de Pontbriand). Il étoit fils de François de Brullon, chevalier, seigneur de la Muce, conseiller au parlement de Bretagne, et d’Helene de Beaumont. Ses armes d’argent à un griffon de sable].

Pierre Brullon épousa 1o Bonne de Tixue. fille de Gilles et de Gillette Le Bel ; 2o Françoise de Sansay, fille de René et de Renée du Plantys. Il mourut le 24 janvier 1594, exilé dans son château de la Musse. Il avait été deux fois contraint de sortir de la ville de Rennes. La première fois, au commencement des guerres civiles, il avait été accusé de complaisance envers la Ligue : « Le lundi, 18 jour du mois de juin (1589), écrit Jehan Pichart, dans son Journal, le second président de la Musse, maistre Pierre Brullon, sortit de cette ville par Porte aux Foullons, avec son train, estant soubzonné d’estre du parti de la Ligue ; et lorsqu’il sortit, dist à ceux de la garde : qu’il sortoit, que l’on lui faisoit tort, et quant à lui qu’il estoit bon serviteur de Dieu et du roi et l’avoit toujours esté et le seroit pendant sa vie, et n’avoit jamais donné occasion aux habitants de Rennes de se malcontenter de lui, ains leur avoit fait tousjours plaisir ». Il rentra dans Rennes le 18 juin 1591 ; mais ce fut pour en sortir de nouveau le 10 novembre 1592 par ordre du duc de Montpensier. Le motif de ce second exil est des plus honorables. On donna à cette mesure l’apparence d’une nécessité de parti ; mais l’opinion publique ne s’y laissa point tromper ; et Jehan Pichart nous apprend que Pierre Brullon n’aurait été exilé que pour s’être opposé de toute sa force à une levée nouvelle de deniers que le duc de Montpensier voulait faire sur le peuple de Rennes. Digne du grand nom de magistrat par son caractère, Pierre Brullon était, par sa science, à la hauteur de ses importantes fonctions. Il avait été adjoint au premier président, René de Bourgneuf de Cucé, en qualité de commissaire pour la réformation de la Coutume de Bretagne en 1580. Après sa mort, son corps fut ramené à Rennes où il fut inhumé dans l’élise Saint-François, en présence de « Messieurs de la cour de parlement... et grande abondance de peuple, estant iceluy seigneur beaucoup regretté, comme bon patriote, et qui a fait de grands biens aux pauvres ». Jehan Pichart a fait son éloge en cette phrase qui fait connaître le président Brullon, dans sa vie publique et dans sa vie privée.

François Brullon, seigneur de la Musse, fut nommé chevalier de Saint-Michel en 1532, d’après M. de Courcy ; mais nous nous demandons s’il fit réellement partie de l’ordre du Roi. « Il fut fait chevalier au couronnement du Dauphin, en 1532, » tels sont les termes employés par l’auteur d’une généalogie de la famille Brullon (Bibliothèque nationale). Ne s’agit-il pas simplement ici de l’accolade de chevalerie ? François Brullon était fils d’Yves et de Guillemette du Pan. Il épousa 1o Jacquette Thierry, fille de Pierre et de Jacquette du Pontrouault ; 2o Marguerite de la Motte-Vauclercs, fille de Jacques et d’Anne de Tréal ; 3o Gillette Le Bel, de la maison de la Tour-Ganoyère ; 4o Jeanne de Coétquen ; 5o Hélène de Beaumont.

Paul de Brullon, baron de la Muce, est qualifié chevalier de l’ordre du roy à l’époque de 1611 sous les quartiers de François du Boisbaudry, dressés en la même année pour sa réception de l’ordre de Malthe. [Il étoit fils de Pierre de Brullon, seigneur de la Musse, chevalier de l’ordre du roy, et de Bonne de Tissuë. Ses armes comme cy devant.]

Il nous a été impossible de trouver mention de Paul Brullon, même dans les quartiers de François de Boisbaudry, qui existent en copie, à la Bibliothèque de l’Arsenal. Le père du Paz est formel, dans son Histoire des maisons illustres de Bretagne, il dit que de sa première femme. Bonne de Tixue, Pierre Brullon n’eut qu’un fils, Sébastien, et huit filles ; et de la seconde, Françoise de Sansay, un seul fils, Saldebreuil, baron de la Musse.

Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènements (3 notices)

  • Comparution : (1 notice).
    • Bibliothèque de Rennes Métropole, Ms 510-515, Ms510, folios 87v-88 .
  • Arrêt de maintenue en la Chambre : lundi 17 décembre 1668 (3 notices).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 94 .
    • Archives départementales du Finistère, 32 J 2, "Livre de Kerézellec", p. 14 .
    • Bibliothèque de Rennes Métropole, Ms 510-515, Ms510, folios 87v-88 .