Famille de Kerguezay

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

Claude de Kerguezay, seigneur de Kergommar, de Kermorvan, etc., gentilhomme ordinaire de la chambre du roy, capitaine de 50 hommes d’armes de ses ordonnances, maréchal de ses camps et armées, gouverneur de Guingamp et commandant l’arrière ban de Tréguier, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans un acte du 24 janvier 1591 [(titres de messieurs Fleuriot de Langle). Il étoit fils de Jean de Kerguezay, chevalier, seigneur de Kergommar et de Kermorvan, et de Louise de Cozic. Ses armes d’hermines à une fasce de gueules chargée de 3 molettes d’or].

Claude de Kerguezay naquit en 1559. Il prit une part très active aux guerres de la Ligue. En 1590 il repoussa avec la Tremblaie la tentative des ligueurs sur Moncontour et Lamballe, fit prisonnier plus de 60 gentilshommes et s’empara du canon (Dom Taillandier). Il commandait avec Bastenai, Liscoët et la Tremblaie au sac de Carhaix ; accompagna ce dernier dans sa descente à l’île de Bréhat ; assista aux journées de la croix de Malhava. Il joignit ses troupes à celles de Sourdéac en 1591 contre Saint-Laurent, qui abandonnant le siège de Cesson pour venir à leur rencontre près de Guingamp fut vaincu et fait prisonnier. « Kergomard, Kermorvan (son frère), Liscoët et Pécréan firent des prodiges de valeur » (Dom Taillandier). René Fleuriot, dans son joumal, nous apprend que Claude de Kerguezay fut fait prisonnier avec lui près le Huelgoat le 21 septembre 1594 par l’avant-garde du duc de Mercœur. Ils furent emmenés à Hennebond et détenus jusqu’à la prise de Morlaix par le maréchal d’Aumont qui les les retira, sans rançon, en échange des prisonniers ligueurs. Au mois de novembre de la même année, Claude de Kerguezay se trouva au siège de Crozon et s’y distingua. Enfin il fit en 1596 une expédition très audacieuse et couronnée de succès contre Anne de Sansay, comte de la Maignanne, qui s’était emparé de Quintin, et continuait, au mépris d’une trêve conclue, à piller et ravager les campagnes. Claude de Kerguzay sortit de Guingamp, fit accompagner ses troupes des Suisses du colonel Eriach, attaqua brusquement Quintin, força la Maignanne à se retirer dans le château et le réduisit en peu de temps à une telle nécessité que ce dernier se vit forcé de capituler sans autre condition que la vie (Dom Taillandier). Claude de Kerguezay avait épousé Louise de Goulaines, fille de Claude et de Jeanne de Bouttevile. Il mourut en 1623 : « Le mardy uniesme d’apvril 1623, mourut M. de Kergourmar en sa maison de Quermorvan. Dieu luy fasse paix. C’estoit un abille et sage gentilhomme » (Journal de René Fleuriot).

Amaury de Kerguezay, seigneur de Kermorvan, de Mur, de Kerguen, etc., est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans un aveu qu’il rendit le 30 may 1608 [(titres de messieurs Rogon de la Villeroux). On ignore sa filiation. Ses armes d’hermines à une fasce de gueules chargée de trois molettes d’or].

Amaury de Kerguezay, frère du précédent, le suivit dans le parti du roi et combattit à ses côtés, notamment à Guingamp en 1591 où il fit preuve d’un grand courage. Il épousa en décembre 1608 Françoise Le Gualès, dame de Keryvon, fille de Jean et de Jeanne de Cresolles ; et mourut en 1620 : « Le lundi 27e janvier 1620 mourust M. de Guermovan-Keryvon sur les huict ou neuf heures du soir ; c’estoit un brave et vaillant home qui avaict commandé une compaignie de chevauls-légers pendant la guerre de la Ligue.... Dieu luy fasse miséricorde » (Journal de René Fleuriot). Sa veuve se remaria à Louis Rogon.

Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Cette famille ne semble pas avoir produit lors de la Réformation.