Famille de Coëtlogon

Extrait

Chevaliers de Saint-Michel

François, sire de Coëtlogon, seigneur de Kerbério, de la Lande et de la Motte au Vicomte, gentilhomme ordinaire de la chambre du roy et capitaine de 50 hommes d’armes de ses ordonnances, fut admis dans l’ordre de Saint-Michel sous Charles IX [(Histoire généalogique des grands officiers de la Couronne, article de cette maison, page 719)], et on le trouve rappellé sous le titre de chevalier de l’ordre du roy dans un acte du 15 septembre 1579 [(titres de cette maison)] postérieur à sa mort arrivée dez et avant le mois de novembre 1570. [Il étoit fils de Julien, sire de Coëtlogon, et d’Anne Le Rouge. Ses armes de gueules à 3 écussons d’hermines posés 2 et 1.]

François de Coëtlogon était chevalier de Saint-Michel dès l’année 1560 (M. de Courcy, Nobiliaire, tome III). Il avait épousé par contrat du 2 mai 1555 Gillette de Coëtquen, fille de François, chevalier de l’ordre du roi, et de Françoise de Malestroit. Elle en était veuve dès le 1er juillet 1569, d’après un acte de ce jour (Pièces originales de la Bibliothèque nationale), où elle est qualifiée : « veuve de feu François de Coëtlogon, seigneur de Kerberio, chevalier de l’ordre du roi, lieutenant de 50 hommes d’armes de ses ordonnances, sous la charge du seigneur de Couesquen », son beau-frère.

Yves de Coëtlogon, vicomte de Mejusseaume, seigneur châtelain de la Gaudinaye, de l’Espran, de Viesque, de la Verrerie et de la Chasseloire, est qualifié par le roy Henry III du titre de chevalier de son ordre dans un brevet du 12 avril 1578 par lequel ce monarque luy accorda une pension de 800 livres en consideration de ses services [(titres de cette maison). Il étoit fils de René de Coëtlogon, seigneur de Méjusseaume, et d’Aliette Le Rouge. Ses armes comme cy-devan.].

Yves de Coëtlogon, châtelain de la Gaudinaye par lettre d’érection de 1570, épousa le 14 mai 1538 Marguerite de Porçon, dame de Porçon et des Carres, fille de Gilles, seigneur de Porçon, et de Radegonde de Bourgneuf, dame de Montjardin et de Balanzac.

Vincent de Coëtlogon, seigneur de Kerbério, gentilhomme ordinaire de la chambre du roy Henry III, fut à ce qu’il paroit nommé chevalier de l’ordre de Saint-Michel par ce monarque et on l’en trouve qualifié dans le VIIe volume des Grands Officiers de la Couronne article de cette maison page 720. [Il étoit fils de François, sire de Coëtlogon, chevalier de l’ordre du roy, et de Gillette de Coëtquen. Ses armes comme cy devant.]

Vincent de Coëtlogon épousa Catherine de Gourvinec. Il combattit dans les guerres de religion, pour le parti de la Ligue. Il assista aux États ligueurs tenus à Vannes en 1592. Il commandait aux ville et château de Josselin en 1593. Le duc de Mercœur lui donna ensuite le gouvernement de Montcontour ; et il le garda jusqu’à sa mort, arrivée vers 1605.

René, sire et marquis de Coëtlogon, seigneur de Pleugriffit, de la Lande, du Châtel, de Beaufond, du Gouray et de la Motte au Vicomte, qualifié chevalier de l’ordre du roy dans 2 actes des 27 décembre 1609 [(archives du château de Coetlogon appartenant au comte de Carné)] et 28 novembre 1613, obtint du roy Louis XIII au mois de may 1622 des lettres d’érection en marquisat des susdites terres sous le nom de Coëtlogon et vivoit encor en 1632. [Il étoit fils de François, sire de Coëtlogon, de Kerbério, de la Lande, de la Motte au Vicomte et du Châtel, et de Jeanne de Tehillac. Ses armes comme cy devant.]

René de Coëtlogon épousa le 9 octobre 1605 Gillette de Ruellan, dont la sœur avait épousé François de Cossé, duc de Brissac, pair de France, et qui était fille de Gilles de Ruellan, chevalier de l'ordre du roi, et de Françoise Miolais.

François de Coëtlogon, vicomte de Mejusseaume, seigneur d’Ancremel, de Kerveguen, de Penenver, de l’Espran et de la châtellenie de la Gaudinaye, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans le contrat de son second mariage du mois de mars 1632 avec Jeanne de Cressols [(titres de cette maison)]. Il paroit constant qu’il avoit été admis dans l’ordre de Saint-Michel sous Louis XIII. [Il étoit fils de Noël de Coëtlogon, seigneur d’Ancremel, de Kerveguen, de Penenver et de Plouvigné, gouverneur de Morlaix, et de Marie de Goësbriand. Ses armes comme cy devant.]

François de Coëtlogon épousa en premières noces le 29 juin 1595 Marie de la Lande, dame de Kerbriac ou Kerbrat, fille et principale héritière d’Alain, seigneur de Penevern, et d’Anne de Guingamp. Sa seconde femme Jeanne de Cresolles était dame douairière de Keryvon, de Kernabaçon, de Kerazru, et propriétaire de Coëtquis (P. Anselme).

Jean de Coëtlogon, seigneur de Kerbério, admis dans l’ordre de Saint-Michel vers le règne de Louis XIII, est qualifié chevalier de l’ordre du roy dans le VIIe volume des Grands Officiers de la Couronne article de cette maison page 721. [Il étoit fils de Vincent de Coëtlogon, seigneur de Kerbério, chevalier de l’ordre du roy, et de Catherine de Gourvinec. Ses armes comme cy devant.]

Jean de Coëtlogon épousa le 14 novembre 1615 Anne de Perrien, sœur de Charles, chevalier de l'ordre du roi, et fille de Marc et de Françoise de Clisson.

Cet extrait est long, cliquez ici pour tout afficher...

Réformation de la noblesse (1668-1671)

Evènement (1 notice)

  • Désistement volontaire : mardi 24 mars 1671 (1 notice).
    • Archives départementales du Morbihan, 1 J 1003, "Livre du Botcol", p. 787-788 .